fbpx

MERCI à tous les coureurs, randonneurs, aux nombreux bénévoles et à nos partenaires !
Rendez-vous en 2023 pour la 18ème édition !

Amis Traileurs/Traileuses, Randonneurs/Randonneuses,

Cette année encore, vous allez traverser le site emblématique que sont les Terrils du 11/19.

Symboles d’une histoire industrielle reconnue mondialement par leur classement à l’UNESCO au titre des « Paysages culturels évolutifs », ce sont aussi des lieux exceptionnels pour leur biodiversité car ils abritent une flore et une faune particulière dont certaines espèces viennent du bout du monde. Ils sont donc également classés dans le cadre d’une Chaîne des Terrils au regard de la loi de 1930 sur les Paysages et Sites Naturels.

Si vous avez déjà parcouru ces pentes, vous connaissez à la fois la richesse de cet écosystème mais aussi sa fragilité : les matériaux qui le composent le rendent friable et instable, et la végétation a un ancrage racinaire fragile ce qui les rend très sensibles aux intempéries : ruissellement, ravinement… Pour ces raisons, et pour la préservation biologique du site, certaines zones sont strictement interdites d'accès, tel le terril 74, le premier cône en arrivant sur le site.

En cohérence avec la politique de la commune depuis les années 80 et pour permettre l’utilisation au plus grand nombre tout en préservant cet écosystème spécifique, des aménagements ont été réalisés ces dernières années afin de les matérialiser et d’informer sur ces endroits fragiles : reconstitution du skip (la structure en forme d’escalier très visible sur le terril 74, le plus à l’est) qui permettait d’acheminer les matériaux en vue de les déposer, fascinage, clôtures, signalétique, expérimentation d’écopâturage avec des chèvres des fossés…

Pourquoi l’écopâturage ? Au fil des années, la végétation se développe sur les pentes du terril. Il s’agit surtout d’espèces dites ligneuses (ronces, arbustes…). Bien que naturel, cet embroussaillement contribue à la fermeture progressive du milieu, limitant ou menaçant ainsi la présence d’espèces animales et végétales rares, adeptes des milieux ouverts et bien ensoleillés : différents insectes, plusieurs espèces d’orchidées sauvages ou encore le lézard des murailles. Pour aider les gestionnaires à garder les milieux ouverts, les chèvres installées sur le site, en pâturant sur les pentes, se nourrissent des végétaux et limitent leur développement, contribuant ainsi à maintenir la biodiversité et les paysages caractéristiques de nos terrils. C’est la chèvre des fossés qui a été choisie : parfaitement adaptée au climat de notre région et rustique, elle a de très bons aplombs, ne craint pas l’humidité et est peu sensible au parasitisme. Elle est très efficace pour le défrichage et l’entretien général des espaces naturels et son caractère est à la fois très familier et docile. On ne compte plus aujourd’hui que 900 chèvres de cette race.

Bien sûr, les terrils ce sont aussi nos petites montagnes : ils offrent une opportunité de se confronter à de jolis dénivelés ! Mais soyez conscients qu’à chaque pas que vous faites, en montée, mais surtout en descente, vous êtes susceptible de briser le fragile équilibre, voire leur stabilité à terme. Alors, merci de respecter ces lieux ! 

Forts de ces informations, vous regarderez peut-être différemment ce milieu et aurez peut-être envie de le découvrir un peu plus.
Des associations telles que le CPIE La Chaîne des Terrils ou des structures comme EDEN 62 ou l’Office du Tourisme de Lens-Liévin proposent un programme très diversifié et complet de visites découverte ou de pratiques originales pour toute la famille.

Bonne course, bonne rando en ces lieux magiques !

LA ROUTE DU LOUVRE SUR FRANCE 3

video

Les organisateurs :

La Ligue Hauts-de-France Athlétisme.

BP 30304 – 59666 Villeneuve d’Ascq cedex

>Mentions légales